L’A.R.C.H.

Alain SERAPHINE artiste impliqué. L’A.R.C.H.E ( système pour l’Auto Réalisation et la Construction d’un Habitat Évolutif), un procédé auto constructif d’habitation durable, antisismique et anticyclonique. Étudiant aux Beaux Arts de Toulouse en France, c’est en simple témoin que je traverse…

0
(0)

Alain SERAPHINE
artiste impliqué.

L’A.R.C.H.E ( système pour l’Auto Réalisation et la Construction d’un Habitat Évolutif), un procédé auto constructif d’habitation durable, antisismique et anticyclonique.

Étudiant aux Beaux Arts de Toulouse en France, c’est en simple témoin que je traverse le premier choc pétrolier de 1973 , pendant que les premiers débats planétaires portaient plutôt sur le nucléaire comme principale alternative au pétrole. Quelques voix encore peu audibles tentaient d’alerter l’opinion publique sur l’inquiétant dérèglement climatique qui s’annonçait et sur les risques qu’engendrerait le tout nucléaire …
1975: je termine mes études par l’obtention du Diplôme National des Beaux-Arts, avec les félicitations du jury mais surtout avec une mention pour mon engagement pédagogique, qui témoigne de ma pratique plastique naissante se voulant déjà ” impliquée”. De 1976 à 1978 je réalise dans mon île natale, La Réunion, deux commandes publiques ( une céramique de 30 m de haut et une tapisserie de 30 m de long) deux œuvres qui me donneront le moment venu les moyens de ma liberté d’entreprendre.
Habité à ce moment-là par le sentiment que les arts appliqués ne tendaient plus qu’à servir aux seuls intérêts d’un marché mondialisé, ce qui réduisait les populations à n’être plus que de simples consommateurs. Cela condamnait de fait les savoirs et les savoir-faire des artisans.
Comme engagement politique, je décide alors d’inscrire ma créativité dans une démarche que j’intitule « Pour un Art impliqué ! »
Mes objectifs visaient à conjuguer à la fois mes propres besoins de création plastique aux besoins de créations capables de générer de nouveaux usages plus respectueux de l’environnement.
À cet effet, grâce aux moyens dégagés par la réalisation de la tapisserie devenue pour la circonstance mon fil d’Ariane, je crée « l’Atelier Portois », une association qui fonctionnera comme un bureau d’études, voire une entreprise solidaire avant la lettre.

0 / 5. 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *